Stage à Merlimont, épisode de fin

Stage du club – du 19 au 26 avril

Jour après jour, notre envoyé très spécial à Merlimont nous a fait vivre de l’intérieur le stage club du NAC. Découvrez-en le tout dernier épisode, ainsi que, bien sûr, toutes les photos qui racontent le séjour des Nacards dans le Pas-de-Calais…

Episode VII : clap de fin…

Le stage touche à sa fin, les jambes sont dures, et que croyez-vous que fait le groupe de Miloud (rejoint par la courageuse Andalib), au matin du départ ? Il fait un footing… à jeun ! Bon, après, au petit déjeuner, il faut pas trop les divertir de leur descente de croissants et pains au chocolat, on risque une morsure…

D’autres avaient capitulé la veille et avaient préféré faire un deuxième tour au sauna, après un premier passage collectif. Ou se rendre à Berck-Plage pour une initiation au char à voile réservée comme une récompense de fin de stage. Problème : la météo indiquait un risque de tempête. Et effectivement, une fois sur place… pas un pet de vent !! Et sortie annulée !! Notez donc bien sur vos calendriers : dans le Nord, le 25 avril est le seul jour de l’année sans vent… En plus des indélicats sont venus remuer le couteau dans la plaie à leur retour au village en leur annonçant qu’ils étaient allés faire un footing sur la plage à côté et que ça soufflait dur… Benoît et Bruno se sont du coup défoulés au squash. Très bon pour le rythme cardiaque, ça…

Les bénéfices du stage seront-ils visibles dès l’Ekiden ce dimanche à Pontault-Combault, ou seulement pour le premier tour des Interclubs le 4 mai à Arpajon ? En tout cas c’est une semaine pleine consacrée exclusivement à l’entraînement, qui permet de rentrer dans le détail, de mieux se connaître et se dépasser – on se surprend face à la répétition des efforts. Apprendre à se ménager aussi. Et vivre une semaine sympa en groupe, à échanger et se chambrer, notamment sur :

– le zapping télé de Benoît, entre les dessins animés et la télé-réalité (faut comprendre, en stage, on débranche le cerveau)

– les gros dodos de Coumba (tu n’es pas rentrée fatiguée au moins!)

– la phobie de l’égarement en forêt de Priscilla (pas de panique, on ne t’a jamais oubliée !)

– les vannes bien sèches d’Adrien contre son coloc (la prochaine fois tu crèches tout seul !)

– Mohamed scotché à son ordinateur portable (limite à l’emporter en footing)

– les discussions très axées de Baptiste et Florian (c’est vrai que le stage, c’est monacal, mais à ce point, les gars, il faut consulter)

– les assiettes à bulots et à desserts d’Hamlili (je sais pas si tu vas gagner des secondes au kilo, mais des kilos c’est sûr)

– le sens pourri de l’orientation de Samir (c’est dommage quand il faut aller repérer des parcours…)

– l’électrostimulateur de Miloud (dopage ? pas dopage ?)

– le maillot de Khaled (c’est rien que des jaloux, il est très bien, Zlatan, ton maillot de champion)

– les bouteilles de grenadine de Wahid (je le répète depuis vingt ans au Président : c’est pas diététique)

– les ascensions de côtes d’Andalib qui gratte tout le monde (elle aime pas ça, alors plus vite elle est en haut…)

– mais rien à dire sur l’auteur de ces lignes, sérieux, assidu, frugal, sobre…

Enfin, la région du Touquet offre un chouette cadre et une variété de parcours et de terrains qui méritent que le NAC y revienne. En attendant, merci au centre Vacanciel pour l’accueil (on sait, ils sont payés, mais c’était bien), aux retraités francs-comtois pour la rando, aux conducteurs du NAC pour les voitures (Coumba, Hamlili, Benoît, Miloud), aux coaches pour la souffrance, et aux lecteurs qui ont dû s’ennuyer plus que les stagiaires. Bonne fin de saison à tous !

Bruno F.

Episode VI : Ce qu’il ne faut PAS faire

C’est bien les stages, mais il y a quand même des menaces, des trucs à ne pas faire. On a déjà vu dans l’épisode précédent (voir ci-dessous) qu’il est dangereux par exemple de faire trop confiance à son coach… et même à son partenaire d’entraînement ! Donc, en stage :

– NE PAS affronter Wahid au jeu de foot sur Playstation, sous peine, comme Khaled, bien que connu au NAC sous le nom de Zlatan, de se voir infliger une triple correction (en plus, suprême affront, par un supporter de Chelsea…) sans même réussir à inscrire un but.

– NE PAS bourrer les chiottes de PQ avant de lire un écriteau à l’intérieur précisant qu’il y a une fosse sceptique, sous peine, comme le malheureux colocataire, de devoir aller à l’autre bout du village en attendant l’intervention du préposé.

– NE PAS boire de bière à l’arrivée pour « fêter le début de stage », ni le lendemain pour « fêter le passage sans encombres de la première journée à deux séances » ; NI boire de pinard à table pour « accompagner le fromage » ; parce que l’alcool ça tue les globules rouges et les réputations.

– NE PAS chambrer Zlatan (en plus quand il a perdu à la Playstation) pendant tout un match du PSG qui n’arrive pas à marquer contre Evian, sous peine de l’entendre assourdir le restaurant d’un strident cri de vengeance quand son club favori y parvient enfin dans les arrêts de jeu.

– NE PAS aller déjeuner ni dîner après les autres, sinon Adrien aura bouffé tous les yaourts et Hamlili tous les cheesecakes.

– NE PAS installer sa chaise dehors pour profiter du beau temps (supposé rare dans le Nord…) et se mettre à la merci de moustiques dopés (Non, Benoît, ce ne sont pas des moucherons. Les moucherons ne te pompent pas un demi-litre de sang et ne te font pas, sur les jambes et jusque sur le cuir chevelu, des boutons rouges comme des piliers de comptoirs).

– NE PAS répondre favorablement à une invitation à participer à une journée de randonnée avec un club suisse du troisième âge, sous peine, comme Andalib, Priscilla et Hamlili, de devoir s’arrêter toutes les dix minutes pour regarder un buisson ou changer une énième fois de vêtements ! (Blague à part, les trois Nacards ont bien marché et remercient le groupe pour l’accueil.)

A suivre…

Bruno F.

Episode V: Jamais sans mon coach

Le gros problème du stage, c’est qu’on se demande si on va arriver au bout. Face à cette angoisse, les plus naïfs pensent qu’ils pourront compter sur leurs coachs pour les soutenir, voire les ménager… Tu parles !

Demandez à Benoît, qui, parvenu au milieu du stage, s’attendait à calmer un peu le jeu, et que Samir a emmené dans un footing actif effréné et prolongé de 15 minutes par rapport au programme initial ! Demandez à Priscilla et Andalib ce qu’elles pensent du dynamisme de leur coach Hamlili ! Alors qu’on lui demandait en début de stage s’il avait programmé une ou deux séances quotidiennes pour son groupe, il avait répondu, faussement rassurant : « Oh la la ! Non non ! On va aviser selon la forme du moment… » Moyennant quoi les filles se sont coltiné deux sorties par jour, et des footings annoncés d’une heure et étirés de vingt minutes sous prétexte d’un nouveau chemin !

Sans parler de Baptiste, qui se pensait tranquille loin du coach Gwen resté à Nanterre, et a finalement dû se farcir de suivre toute la semaine son coloc Florian, plusieurs fois flashé en excès de vitesse ! Le comble étant pour lui atteint quand il a accompagné Flo vers Berck-Plage pour y voir les cerfs-volants du festival renommé (voir les photos), occasion d’un « footing tranquille ». « Ce n’est pas loin », lui répétait Flo, pour preuve il n’y avait qu’à voir dans le ciel les immenses cerfs-volants qui semblaient flotter au-dessus d’eux… Résultat : en fait de « footing tranquille », 15 bornes à l’allure Flo !

Et le groupe de Miloud dans tout ça ? Ben, Mohamed n’a même pas pu profiter de ses heures de pause pour surfer peinard sur son ordi, le boss l’a chopé direct pour une longue sieste obligatoire ! Et le pauvre Wahid, tirant la langue au milieu de la série de 30 fois 1’20 dans les chemins sablonneux des dunes (j’en ai fait 10…!), mais poussé par Miloud à aller au bout de la galère… Me pensant déjà instruit sur la question, j’avais demandé à Miloud quel temps de récup’ il avait prévu entre les blocs de 10 passages. Il m’a répondu : « Quels blocs ? Y a pas de blocs. C’est 30 d’un coup. » Finalement, Miloud, fan de l’OM, est le plus cool avec Khaled et Adrien, fans du PSG !

Faites des stages qu’y disaient…

Bruno F.

Episode IV : Récréation

En dehors des séances, il faut bien passer le temps. Une partie de la communauté masculine se repaît du foot à la télé, entre la finale de la Coupe de la Ligue et les demi-finales de la Ligue des Champions. D’autres ont participé après le dîner aux animations organisées par le village, au milieu des vacanciers jeunes et moins jeunes, notamment les jeux flamands anciens : si Coumba s’est éliminée toute seule au « billard des pirates », Hamlili a livré une farouche bataille à une jeune fille à la « table à glisser », Samir n’a pu contenir sa joie de remporter une partie de « toque d’or », et Benoît et Bruno, qui ont battu des records au « jeu de la grenouille », ont gagné une bouteille de bière locale et une boîte de Bêtises de Cambrai !

Autres activités: une virée à Berck-Plage pour le festival de cerfs-volants, une randonnée sur les dunes pour Hamlili, Priscilla et Andalib en compagnie de dynamiques retraités, et une lessive pour finir le stage avec des affaires propres !

A suivre…

Bruno F.

Episode III : Récupérer

Comment résister à une semaine de stage intensive ? Le mot d’ordre: ré-cu-pé-rer! Et pour ça, pas de magie, mais des remèdes classiques obligatoires : s’étirer (15 à 30 minutes) ; dormir (vive la sieste ! et faire de bonnes nuits) ; boire – de l’eau bien sûr (conseil de Samir : la Saint-Yorre. Il n’a pas d’actions dans l’entreprise, mais c’est une eau riche en sels minéraux) ; enfin bien s’alimenter, ce que les buffets ont permis, même s’il fallait aussi résister à la tentation des desserts !

A suivre…

Bruno F.

Episode II : Les séances

Les Nacards ne sont pas venus en visite, même si la region du Touquet est très belle et agréable. Un premier footing dès l’arrivée le samedi après-midi, puis les choses sérieuses peuvent commencer le dimanche, avec une alternance entre footings de quarante cinq minutes à une heure, avec ou sans actif, et fractionnés dans les dunes de Stella, sur la piste du Touquet (grâce au piston de Florian) ou sur les chemins en sous-bois autour du golf. Quelques ateliers éducatifs aussi, avec bandes élastiques pour renforcer les muscles du haut et du bas du corps tout en travaillant le mouvement des bras et la foulée.

A suivre…

Bruno F.

Episode I : C’est parti !

C’est parti pour une semaine de stage à Merlimont, dans le Pas-de-Calais, à un quart d’heure au sud du Touquet. Douze Nacards se sont donné rendez-vous samedi 19 avril à Nanterre Université pour un voyage en voiture d’un peu plus de deux heures sans encombrement: Priscilla, Andalib, Coumba, Hamlili, Miloud, Mohamed, Florian, Baptiste, Wahid, Khaled, Benoît et Bruno, rejoints le dimanche matin en train par Samir et Adrien. L’hébergement se fait dans un village vacances, dans des petits pavillons familiaux où les Nacards se logent deux par deux et où chacun a sa chambre.

A en croire les habitués des stages, le confort est ici  appréciable : douche chaude sans restriction, chauffage réglable, cuisine et frigo, mais superflus vu que nous sommes en pension complète et que le restaurant propose un buffet copieux, varié et à volonté aux trois repas.

La journée s’organise à peu près comme suit :

7h30 : petit déjeuner

9h30-11h : séance

12h30 : déjeuner

13h30-16h : récupération (dont sieste)

16h30-18h : séance

20h : dîner

Les stagiaires se répartissent dans 4 groupes d’entraînement, que nous appelleront les « malades mentaux » 1 (Florian, Samir et Baptiste) et 2 (Miloud, Mohamed, Wahid, Coumba, Adrien et Khaled), et les « normaux » 1 (Hamlili, Andalib et Priscilla) et 2 (Benoît et Bruno). Les footings d’échauffement  partent du village pour rejoindre les dunes ou bien le bois et ses sentiers qui entourent le golf.

A suivre…

Bruno F.

Toutes les photos du séjour en cliquant ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *