Un semi tout en douceur…

Semi marathon de Paris – 4 mars 2018

2017-03-04 Semi Paris

Le Moscou-Paris, qu’ils disaient. La vague de froid, le froid polaire, le temps glacial, la météo sibérienne… les journaux titraient et qualifiaient tant qu’ils pouvaient le froid qui envahissait le pays. Pendant ce temps, les Canadiens se moquaient de nous sur le web, ces franchouillards qui ont peur de trois flocons !
Et au même moment, les coureurs du NAC s’entraînaient, s’entraînaient, et s’entraînaient encore.
C’est vrai qu’elles ont été fraiches, ces dernières semaines de préparation du semi-marathon de Paris. Il a fallu doubler les gants, enfiler le bonnet, s’équiper du cache-col, peut-être glisser des chaufferettes dans les moufles pour les plus frileux. Il a même fallu courir dans la neige qui avait recouvert le Parc André Malraux, pour enchaîner les fartleks et les séances sur la piste.
Mais le froid baissa finalement sa garde, et c’est une journée de milieu d’hiver, ni douce ni piquante, qui s’ouvre pour ce 18e semi de Paris.
Clément, pour son premier essai sur la distance, signe un honorable 1h13 et une 61e place sur plus de 36 000 partants.
Chacun y va de sa motivation et de ses objectifs. Alors que certains partent à l’assaut du bitume pour battre leur record personnel, d’autres se contentent d’une étape intermédiaire dans la préparation de leur marathon du printemps.
Adrien et Lahoucine terminent l’épreuve respectivement en 1h17 et 1h24, battant ainsi chacun leur record d’environ une minute. Dominique, lui, coupe la ligne d’arrivée en autant de temps qu’il n’en faut pour départager le PSG du Real Madrid : 90 minutes, et plusieurs millions d’euros en moins. Franchement, la météo pouvait-elle réellement faire peur aux athlètes du NAC, à la sortie d’une saison de cross-country qui les a vu batailler dans plusieurs décimètres de boue, à Chaville, Sartrouville, Rueil-Malmaison, Cergy ou Draveil ?
On croirait presque qu’ils ont fait course ensemble, Maxence et Jean-Pierre terminent dans un mouchoir de poche, sous l’1h35, suivi par Pierre une minute plus tard.
Nicolas ferme la marche pour l’équipe garçon, pour son 5ème semi-marathon. Finalement, ce ne fut qu’une fenêtre, qu’un moment de répit, car dès la semaine suivante, le froid et l’humidité reviendront en cœur.
Mais en fait, c’est l’hiver non ? C’est bien normal alors ? Qu’importe, la course est terminée, et autour d’un chocolat chaud de récupération, le temps est déjà venu de se projeter vers la prochaine couse.

Flavien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *