Interclubs: les raisons d’un succès

Second tour des Interclubs – 17 mai au Tremblay

Comme dans un rêve! Troisièmes de Promo N2 avec 47403 points (un total énormissime), des perfs quasiment toutes supérieures aux prévisions les plus optimistes du côté du NAC comme des White, une poule incroyablement serrée tout au long de la journée qui a vu nos couleurs sans cesse osciller entre la 1ère et la 6e place, et une remontée finale qui nous permet d’arracher un retour en Nationale 2: ce fut chaud, et beau, sur la piste du Tremblay.

Comment sommes-nous parvenus à arracher une montée loin d’être acquise sur le papier, et à empiler 2500 points de plus qu’au premier tour ? Explications en six points.

1) Parce que nous avons été idéalement lancés par les premiers à entrer en piste

Si Hamlili avait été lanceur de javelot, il aurait sans doute harponné quelqu’un ce samedi 17 mai en arrivant sur le stade, tant il était sur les nerfs, prêt à dégoupiller à la moindre occasion – inutile de chercher à savoir pourquoi. Nadia était à peu près de la même humeur, ce qui promettait une entrée en matière corsée à la marche, une épreuve où la maîtrise de soi reste indispensable. Tous deux, sur 5000 et 3000 m, partaient d’ailleurs sur des bases folles, chauds comme la braise. Un carton jaune des juges infligé à chacun d’entre eux allait les refroidir et leur permettre de marcher vers de grosses perfs : 25’38 pour Hamlili, et 20’07 pour Nadia, record perso. Dans le même temps, un signe que tout serait décidemment possible en ce jour : Sonia écoutait pour une fois sagement les conseils qu’on lui donnait, partait prudemment et évitait de se retrouver, comme au premier tour, avec deux cartons rouges accrochés aux baskets. Résultat : 19’57 sans une seule remontrance technique. Et pour couronner le tout, Coumba s’envoyait en l’air.

Après un premier tour où elle avait découvert la perche à l’échauffement (1,40 m), elle passait cette fois au premier essai jusqu’à 1,80m avant de s’envoler juste au-dessus des 2 mètres à sa dernière tentative, sous les vivats des supporters… Une entrée en matière parfaite pour le début de la journée.

2) Parce que tout le monde a évolué à son meilleur niveau

La grosse perf du jour est venue, comme une douce habitude, de Florian sur 1500 m. En 3’53, Flo coupait la ligne tout près de son record pour sa première sortie de la saison sur la distance, en s’offrant le luxe de battre le champion de France junior 2011. Mais au-delà de cette victoire (la seule pour le NAC, et la plus belle2014-05-17 Interclubs tour 2 (30) récolte de points de la journée pour l’Entente White-NAC), tout le monde s’est montré sous son meilleur jour. Sur 800 m, Karim (2’01) Coumba (2’27’’89) et Charlotte (2’35) profitaient même de l’occasion pour améliorer leurs records, à l’instar d’Aurélie (5’24), Fatma (5’27, avant de monter sur le podium de la course Paris-Saint-Germain le lendemain) et Mohamed (4’08) sur 1500. Sur le tour de piste, Samir s’offrait lui aussi ce petit plaisir (53’’85 sur 400). Mais Thibault (2’05 sur 800), Yasmina (11’02 au 3000) ou Maxime (50’’54 sur 400) naviguaient eux aussi dans les eaux de leurs meilleures perfs, tandis que Lenaïg abaissait de 35’’ son chrono du premier tour (11’46 sur 3000m).

3) Parce que Gwen a parfaitement maîtrisé le premier 5000m de sa vie

C’était la grosse interrogation du jour : comment allait se dérouler le 5000m, touché par une cascade de forfaits ou d’athlètes qui n’osaient pas s’y frotter ? Sur la ligne de départ, deux Nacards dont le sens du sacrifice n’est plus à démontrer. Si Lakhdar, avec sa cuisse toujours en vrac, à court d’entraînement et prévenu au dernier moment, reste un adepte des longues distances, encore fallait-il s’accomplir de la tâche vu son état – ce qu’il fit au courage, comme d’hab, et dans les temps impartis (17’11). Restait le cas de Gwen, qui ne sort jamais à plus de 1500 m de chez lui, à2014-05-17 Interclubs tour 2 (26) part pour aller faire un tour à la campagne, sur cross court. Après un début de course convaincant (3’15 sur les deux premiers kilos), la souffrance lui tombait dessus avec un 3’25 sur le 3e mille. Le visage se crispait. Mais le vice-président du NAC choisissait ce moment pour s’arracher à la douleur, prendre les devants au sein de son peloton et passer à l’offensive : 3’10 sur le 4e kilo, et 2’57 sur le dernier, bien aidé par Jérôme, de Nogent, qui le poussait dans ses derniers retranchements. Résultat : 16’06 et la 4e place. Et même s’il n’a pas cassé la barrière mythique des 16 minutes, Gwen a promis de sortir un petit 15’15 en fin de saison. Bon, ça, c’est une autre histoire…

4) Parce qu’aucun zéro n’est venu troubler la fête

Aucun « zéro point » sur la journée: c’est un cas de figure relativement rare sur des Interclubs, mais que l’Entente White-NAC a eu le bon goût de réussir le jour où il le fallait. Un abandon, une disqualification ou l’absence d’un athlète fait partie du paysage sur une telle compétition. Et chaque club se prend généralement un zéro dans le buffet à l’heure du décompte final, comme ce fut le cas pour nous au premier tour. Or un tel accident eut sans doute été rédhibitoire pour nos troupes, alors qu’il fallait finir la journée parmi les des quatre premiers d’un classement extrêmement serré. Nous n’avions quasiment aucune marge. Avec un mélange d’application, de discipline, pas mal d’envie et un zest de chance, il n’y eut pas besoin de s’en inventer une. Certes, cela aura valu quelques sueurs froides, avec un bâton qui vole dans les airs avant d’être rattrapé sur le relais 4×100 m, ou des forfaits de dernière minute à combler… Un travail tactique de l’ombre quand il fallut composer des quatuors chargés d’assurer les passages sur 4×100 et 4×400 m. Mais, au final, pas de zéro, ce qui est en soi un petit exploit, et révélateur de l’état d’esprit qui a prévalu sur la compétition.

5) Parce que plusieurs records du club sont tombés

8,12 m, puis 8,04 et 7,90, puis 7,62, puis 7,45 m aux essais suivants… A force de perdre vingt centimètres à chaque lancer, Anna aurait sans doute fini par se laisser tomber le poids sur le pied. Mais l’essentiel est ailleurs : grâce à son premier essai, elle améliorait sa marque de 2013 et donc le record du club ! Comme elle, d’autres ont inscrit leurs noms sur les tablettes du NAC. C’est le cas, en premier lieu, de Baptiste, très costaud sur 3000 m steeple pour réaliser 9’54, contre 9’58 à l’ancien record senior, et 35 secondes de mieux que son chrono personnel de l’an passé.

Soufiane aurait pu lui aussi passer sous les 10 minutes et améliorer le record vétéran sans une chute à la cloche (10’11 au final). On a déjà évoqué Nadia, record vétéran sur 3000 m marche, ainsi que Coumba qui, en s’envolant à 2 m de haut dans le ciel du Tremblay (c’est plus impressionnant quand on est devant la barre que devant son écran, je vous promets) a non seulement amélioré la perf de référence du NAC, mais aussi égalé celles des frères Taldir au début des années 2000 (si Gwen vous dit qu’il a déjà passé 2,60 m, c’est un mytho).

6) Parce que nous avons pu compter sur des supporters et un état d’esprit irréprochable

Des entraîneurs jusqu’aux adhérents venus encourager les nôtres sur l’un ou l’autre des deux tours (Andalib, Vanessa, Karima, Samia, Miloud, Khaled, Bruno, Pierre, Wahab, Brahim, Valentin – qu’on devrait bientôt revoir sur le tartan, la blessure enfin derrière lui, et les dents qui rayent le sol…), le NAC a pu compter sur une colonie de précieux soutiens (et encore, on ne compte pas les enfants, copines, et autres membres de la famille).2014-05-17 Interclubs tour 2 (18) Une ambiance qui a transpiré sur les perfs et sur l’état d’esprit collectif, symbolisé par les fameux relais 4×400 m. Une épreuve dans laquelle Max a une nouvelle fois crevé l’écran (c’est moins glorieux quand il essaie de cuisiner une quiche au saumon – je me comprends) avec un tour de piste de feu pour revenir sur ses adversaires. Juste avant, l’autre relayeur du NAC, Karim, n’avait mis que 100 m à peine à réaliser qu’il partait pour un 400 et non un 800 m. Sonia, elle, n’avait pas hésité à remplacer au pied levé Coumba, appelée en salle d’embarquement pour prendre l’avion et qui avait profité d’un moment d’inattention de son président pour s’échapper. Pour la première fois sans doute dans l’histoire des Interclubs, une même athlète enchaînait marche, javelot et 400 m (ou plutôt 2×200, tant ses deux parties de course furent dissemblables, respectivement en 30’’ et 38’’), soit trois épreuves qui n’ont 2014-05-17 Interclubs tour 2 (5)strictement rien à voir entre elles. Bien évidemment, rien de tout cela n’aurait été possible si les athlètes des White n’avaient été à l’unisson. On citera parmi de nombreux exemples le triplé de Nicolas (perche, 400 m haies et 4×400) ou la sortie de Fabienne à la perche (2,20 m) malgré un genou douloureux. Cela valait bien de finir la journée, comme le veut la tradition, dans la rivière de steeple pour y balancer le président de l’Entente White-NAC, Claude. En espérant qu’on aura d’autres occasions de se jeter à l’eau l’année prochaine.

Cyril

Toutes les photos et vidéos des Nacards en cliquant là…

Les photos de nos coéquipiers des White (avec de très belles photos du steeple) sont ici, et leurs films du deuxième tour sont là, sur leur site.

Pour les résultats complets, tout est là: cliquez ici !

 

2 réflexions au sujet de « Interclubs: les raisons d’un succès »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *