Médaille de bronze aux championnats de France: l’exploit de Florian !

 

Médaille de bronze sur le 5000 m des championnats de France espoirs: c’est une énorme performance, la plus belle de la jeune histoire du NAC, qu’a réalisée Florian le samedi 14 juillet. Au passage, il explose à nouveau son record personnel ainsi que celui du club en 14’28 »16, et prend place de plain-pied dans la cour des grands. Le point culminant d’une très belle fin de saison des pistards du club, en attendant le bouquet final dont est chargé Maxime, sur 800m, lors des France juniors le week-end prochain.

Pour le 14 juillet, le NAC pouvait difficilement rêver d’un plus beau feu d’artifice.
A moins qu’il ne s’agisse d’un cadeau d’anniversaire, avec un peu d’avance sur ses cinq
ans, que le club fêtera début octobre. En tout cas, qu’on ne s’y trompe pas: c’est un véritable exploit qu’a accompli samedi 14 juillet Florian en décrochant la troisième place des championnats de France espoirs (19 – 22 ans) face aux meilleurs coureurs du pays de la catégorie.
Au terme d’une course parfaitement menée, il finissait même tout près de la médaille d’or. « C’est la course de sa vie », s’enflammait Miloud, qui l’accompagnait sur les championnats, juste après l’arrivée. Bon, vu les progrès du bonhomme depuis deux ans, on ne jurera pas qu’il ne nous sortira pas une plus grosse perf encore très bientôt, mais OK, on va déjà savourer celle-là. « Une course pleine de ténacité et de lucidité », estimait pour sa part Samir (et ouais, y’avait aussi une délégation de supporters – chauffeurs – accompagnateurs à Reims).

De fait, après être sagement resté calé dans le groupe de tête, en répondant à chaque attaque d’une course partie sur des bases folles (2’45 au premier kilo) avant de se calmer (8’40 au 3000), Florian commençait à se placer aux avant-postes à deux tours de l’arrivée, pointant même le nez en tête à 600m de la ligne.
A la cloche, alors que quatre coureurs seulement restaient dans le coup (ce qui promettait à un seul d’entre eux de rentrer bredouille en finissant 4e, et ça, c’est juste interdit par le règlement intérieur du NAC) les deux premiers se détachaient. Notre Nacard attendait les 300m pour placer son attaque face à Mickael Gras, moult fois sélectionné en équipe de France.
Restait plus qu’à serrer les dents, à penser à toute la souffrance accumulée pendant une saison à se rentrer dedans sur la piste pour se donner du coeur (enfin, c’est l’une des options pour ne pas fléchir), et à aller cueillir cette médaille de bronze – la première du club à ce niveau. Au final: 14’28 »16, record explosé de plus de 15 secondes (ce qui, sur une course tactique, laisse penser que Florian vaut encore nettement mieux), à trois secondes du deuxième et à cinq du premier. Après, cérémonie du podium, médaille, photos et tout et tout… La classe, quoi.

Un vrai exploit, disait-on donc, et pour plusieurs raisons. D’abord parce que Florian ne courait à Reims que le cinquième 5000m de sa carrière, discipline qu’il n’a découverte que l’an dernier au NAC. Ensuite parce qu’il tape de sacrés clients, nettement plus
expérimentés et costauds que lui sur le papier. Enfin parce que, ne l’oublions pas, notre
Nacard avait dû stopper tout entraînement pendant un mois complet entre mai et juin – la faute à un virus. Le genre de trucs dont on ne se relève pas dans une saison pour un pistard à ce niveau-là.
Mais alors qu’on croyait son été quasiment perdu, le voilà qui ré-attaquait d’emblée au même niveau que quand il avait dû s’arrêter. L’occasion de saluer le boulot et la gestion de ses coaches, Miloud et Gwen. On y associera aussi les supporters qui avaient fait le
déplacement à Reims sur les France, Youssef et Samir, dont la présence a été d’une aide précieuse selon notre médaillé. Et comme c’est jour de fête, on va aussi mettre dans le lot tout le groupe des pistards, dont la cohésion et l’émulation sur le printemps et l’été a aussi permis d’accoucher de très belles performances ces dernières semaines.

Vous avez senti venir la transition? Car au-delà de la médaille de Florian, plusieurs records personnels sont tombés tout récemment sur le tartan. Deux grosses semaines avant les France, Florian, encore lui, avait par exemple conservé son titre de champion d’Ile-de-France espoirs du 5000 en 14’50, malgré une toute petite forme ce jour-là, mais grâce à une fin de course pleine de rage. Un titre qui peut presque sembler anecdotique aujourd’hui, mais qui est déjà, en soi, le genre d’honneur réservé à une élite… Quelques jours plus tard, c’était opération spéciale « records persos du NAC » au meeting de Maisons-Laffitte. Wahid (2’03 »0 sur 800), concrétisait enfin ce qu’il nous montre à l’entraînement pour sa dernière course de la saison. Florian, venu travailler sa vitesse sur 1500 en vue des France, posait sans le savoir les bases de sa médaille nationale (3’57 »2 au final). Enfin, Maxime, après avoir longtemps couru après un chrono de ce niveau sur 800m pour assurer sa qualification aux France juniors, descendait pour la première fois sous les 1’55 (1’54 »6). Et on n’oubliera pas non plus le beau chrono de Youssef, avec là encore un record perso à la clé sur 800 (1’57 »17), quelques jours plus tard à Saint-Maur.

Enfin voilà, quoi. La saison est finie, tous les pistards peuvent maintenant penser aux vacances. Tous? Non! Un seul Nacard résiste encore et toujours à l’appel de la plage et du farniente. Maxime doit en effet se taper ses championnats de France juniors, ce week-end, à Lens. La qualif, en elle-même, vaut son pesant d’or puisqu’il s’agit là de sa troisième de l’année pour des championnats nationaux, après les France de cross et les France en salle l’été dernier. Avec la 20e perf des engagés, une place en finale (parmi les huit premiers) serait déjà un remarquable résultat.
Mais sait-on jamais, si Max se fait un peu chauffer par les gars pendant les footings cette semaine, et avec la pression de la médaille de Florian… Rendez-vous dimanche soir pour les résultats.

Cyril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *