Le NAC sur tous les podiums!

Championnats départementaux de cross à Clamart

Quatre médailles par équipe, trois individuelles : le NAC s’est offert une belle moisson lors des championnats départementaux de Clamart, pour l’ouverture de la saison de cross. La récompense d’une belle journée à laquelle ont pris part une cinquantaine de Nacards qui ont couru, encouragé, chuté dans la boue, monté des côtes. Et bouffé des sandwiches, aussi.

Première bonne nouvelle de 2013 : le NAC est parti sur les mêmes bases que l’année précédente en collectionnant les podiums en cross. Sous une température plus clémente qu’on ne pouvait le penser pour un mois de janvier, mais sur un parcours du Stade de la Plaine de Clamart aussi beau que sélectif, les maillots blanc, rouge et vert de Suresnes-Nanterre ont glané quatre podiums par équipes et quatre médailles individuelles. Bon, certes, on ne va pas se mentir : l’objectif affiché avant les départementaux, ce dimanche 13 janvier, était bien de rafler toutes les victoires par équipes possible, chez les femmes, les hommes, sur cross court comme sur cross long. Seulement voilà, le NAC est tombé face à un gros morceau, avec qui il nous a fallu partager le titre de meilleur club de demi-fond du département. Mais replaçons les choses dans leur contexte : l’Avia, d’Issy-les-Moulineaux, reste l’un des dix meilleurs clubs français et évolue en division élite aux Interclubs. Alors que le NAC est – pour l’heure – juste l’un des meilleurs clubs du quartier Pablo-Picasso de Nanterre. Mais rivaliser en cross avec ce mastodonte a déjà en soi un arrière goût de succès au bout de cinq ans d’existence seulement.

De fait, l’ogre et le petit poucet se sont presque systématiquement partagé victoires et deuxièmes places chez les adultes tout au long de la journée, et ce dès le début des épreuves. Le matin, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, quand personne ou presque n’est encore arrivé sur le parcours, quand les tentes sont à peines montées et qu’on se demande si ça vaut vraiment la peine de courir, les « seniors+ » (appellation déposée qui remplacera désormais le terme inapproprié de « vétérans ») entraient en scène. Pas grand-chose à dire de ce défrichage de parcours, si ce n’est que la performance d’équipe fut un peu en dessous de ce qu’on pouvait espérer. Troisième derrière le Stade de Vanves et l’Avia, le NAC payait quelques perfs moyennes et absences. Juste de quoi assurer tout de même un podium avec, dans l’ordre, Cyril (9e des Hauts-de-Seine), Wahab (13e), Miloud (20e), Olivier PL (37e), puis le tir groupé de Kader (47e), Olivier S. (48e), Henri (49e) et Brahim (53e), arrivés dans le même souffle et qualifiés pour le tour suivant.

L’exercice avait le mérite de rappeler les spécificités du parcours local. De bonnes vieilles flaques de boue, des chemins tortueux dans la forêt, et la spécialité du coin : la côte du tapis vert, 300 m de montée type Marly (non, plus raide encore, en fait) à avaler trois fois pour les coureurs de long. Un supplice auquel les spécialistes de cross court, en bons planqués, auront échappé. Heureusement pour eux, ils ont eu le bon goût de l’emporter par équipe (juste devant l’Avia, forcément), Maxime montant même sur la plus haute marche du podium pour sa toute première année avec les seniors, lui qui pointait encore comme junior l’an passé. Quelques secondes derrière, Youssef s’adjugeait la seconde place pour donner un peu plus d’éclat à nos couleurs. Sur les 3 km de course, tous deux avaient entraîné dans leur foulée Karim (7e du 92), descendu sur cross court pour remplacer Gwen, blessé, et Soufiane (8e). Samir, Wahid puis Thibault, qui effectuait son baptême sur courte distance pour l’occasion, et enfin Khaled suivaient quelques dizaines de secondes derrière et montaient dans le bon wagon – celui de la qualification.

Alors que la tente du NAC bruissait d’une belle effervescence au rythme des jeunes coureurs de Suresnes qui faisaient la queue pour le chocolat chaud préparé par Tonton Brahim – qu’il en soit remercié, alors qu’on commençait à s’inquiéter de ne pas encore voir arriver les coureurs censés courir mais dont on sait pourtant qu’ils pointent toujours leur nez à la dernière minute, les filles se rapprochaient de la ligne d’arrivée dans l’attente fiévreuse de leur cross long. Une douzaine de Nacardes étaient là, sur la ligne de départ, prêtes à en découdre. Un silence de plomb s’abattait sur le Stade de la Plaine Le bras du starter, pistolet au poing, s’élevait doucement dans l’air. On aurait entendu une mouche voler si celle-ci ne s’était pas vautrée dans les mares de boue qui se formaient çà et là sur le parcours. Le moment que choisit Karim pour sortir une phrase qui passera sans doute à la postérité. « Bon, j’ai trop faim, je retourne sous la tente. » Tant pis pour lui. A empiler les tranches de dinde, de fromage, puis de dinde et de fromage encore entre deux bouts de pain qu’il allait tremper dans son café au lait, notre sociologue manquait la belle course d’équipe des filles, deuxièmes pour trois malheureux petits points derrière ces dames de l’Avia. Avec, en premier lieu, la 3e place du 92 pour Lucille (toujours fidèlement accompagnée de son épaule déboitée) chez les seniors femmes – une perf malheureusement noyée dans une course à laquelle se mêlaient les juniors hommes. Et puis, dans un second temps, la révélation de la journée côté femmes avec Clémence, nouvelle venue au NAC mais qui n’avait pas fait le voyage jusqu’à Clamart pour rien. Certes, on a longtemps eu peur qu’elle ne courre avec ses lunettes noires, qu’elle a conservées sur le nez jusqu’au départ. Ce qui lui aurait sans doute valu de se manger un chêne en pleine forêt, vu le tracé de l’épreuve. Mais de fait Clémence (8e) s’est surtout fait remarquer en menant le peloton des Nacardes, composé dans l’ordre d’arrivée de Fabienne (9e), bien revenue de blessure, Yasmina (11e), Cynthia (14e), Aurélie (19e) puis Fatma (4e en senior+, puisque toutes les catégories sont mêlées chez les femmes), Farida (21e)… et plein d’autres encore qui ne m’en voudront pas de ne pas toutes les citer, mais franchement les filles, vous êtes tellement nombreuses…

D’ailleurs, Nassim devait se sentir un peu seul. Seul junior du club engagé dans la course (courue avec celles des féminines), le garçon s’est fendu d’une belle 5e place après avoir longtemps mené le peloton de chasse derrière le premier. Pas mal pour quelqu’un qui ne s’est entraîné qu’une semaine en 2012 (au mois de mai) et une semaine en 2013 (juste avant le cross). Nassim, on se revoit en 2014 pour de nouvelles aventures, et récupère bien d’ici là ! Bon, cette fois, la place était chaude et la boue bien gluante pour le cross long. Derrière un extraterrestre venu d’Ethiopie, les Nacards ont fait montre d’un sacré courage, et n’ont en tout cas rien lâché pour conserver le titre départemental par équipe conquis l’an passé à Chaville. Il s’en aura fallu de très peu (7 points de retard, une peccadille, sur l’Avia à l’arrivée). La seconde place récompensait mal les efforts des uns et des autres au fil des trois tours et de ces hectomètres de montée à n’en plus finir. Ceux de Sebastian (8e), qui pour sa première apparition sous le maillot du NAC remontait patiemment jusqu’à passer Florian (9e) d’un souffle sur la fin – Florian qui avait connu l’infortune de chuter à mi-parcours. Ceux de Thomas (10e) et Lakhdar (13e), longtemps inséparables, auteurs d’une course très convaincante, juste devant Moussa (18e). Dans la foulée, Hamid avait troqué, pensait-on, son maillot blanc contre une tenue noire. Que nenni : genou en sang, main arrachée, tee-shirt déchiré, il avait juste subi une gamelle qui en aurait laissé plus d’un sur le flan. Mais pas lui. Après quelque secondes d’hésitation, il reprenait la route pour finir 24e et remporter haut la main la palme du courage (tout en tapant Morgan, 27e, ce qui était quand même son principal objectif de la journée depuis le cross de Sartrouville).

Au-delà des places des autres Nacards (à retrouver dans la rubrique résultats), on retiendra également la 3e place de Brigitte, des White, sur le cross court – ce qui permet mine de rien à l’Entente Suresnes – Nanterre de monter sur tous les podiums adultes de la compétition. Et de pouvoir avancer la tête haute, le cœur fier et l’œil ambitieux (j’écris n’importe quoi car je sais qu’à ce stade de l’article, tout le monde a déjà arrêté de lire, alors…) vers l’étape suivante, les Régionaux de cross, le dimanche 27 janvier à Cergy – un parcours là aussi magnifique autant que difficile.

Cyril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *