HISTORIQUE !

LIFA de cross – dimanche 16 février 2014 à Aulnay-sous-Bois

Le dimanche 16 février restera à marquer d’une pierre blanche dans la jeune histoire du NAC : pour la première fois, grâce au cross court masculin, le club qualifie une équipe aux France. Il y emmènera aussi des athlètes pour les cross long masculin, court et long féminin. Avec nos deux handisport, la délégation pour le Pontet comptera treize coureurs. La récompense d’un état d’esprit collectif irréprochable sur ces championnats d’Ile-de-France à Aulnay.

Au fil des saisons, les plus anciens du club ont tout connu à Aulnay, sur les divers LIFA de cross. De la neige jusqu’aux chevilles, de la boue, du vent, de belles qualifications, de grosses déceptions parfois aussi. Mais l’édition 2014 restera comme un moment à part, et pas seulement pour le soleil qui inondait le site et donnait au parc de la Rose des Vents des allures de mois de mai. C’est que, voilà… c’est fait ! Après deux saisons à manquer de peu une qualification par équipe pour les France de cross (avec le long masculin en 2012 puis le cross court masculin l’an passé), le NAC a réussi ce tour de force ce dimanche 16 février. Une réussite qui, au-delà performances individuelles, situe le réel niveau d’un club.

Si cette grande première restera l’œuvre de l’équipe de cross court, la plus élémentaire des galanteries nous oblige à rappeler que c’est Louise qui avait lancé la journée. Dans l’épreuve féminine, notre (tri)athlète allait cueillir une belle 23e place, largement dans les clous pour la qualif. Normal, pourrait-on penser, au vu des qualités de vitesse et des départs ultra (et même parfois trop) rapides dont elle avait fait montre jusque là. Sauf que quand il s’agit d’aller décrocher une place pour les France, rien n’est vraiment couru d’avance… En même temps qu’elle entraînait l’équipe vers la 7e place (avec Clémence, 53e, Naïma, 58e et Laure, 74e), elle montrait la voie à suivre aux garçons qui s’apprêtaient à s’élancer. Une poignée de Nacards qui allaient faire étal de la vertu essentielle d’un collectif, au-delà des perfs brutes : un état d’esprit et une solidarité suffisamment forts pour aller chercher leur billet en première classe pour le Pontet.

Dès le coup de feu, Florian assumait son rôle en pointant aux avant-postes. Youssef et Gwen suivaient, bien calés dans les places qualificatives, tandis que le rôle de 4e homme – et la qualif collective, donc – se jouait entre Samir F. et Maxime. Bon, Gwen craquait un peu, à l’ancienne, en mode vieille grimace coincée dans les dents qu’on lui connaît parfois, mais Max lâchait les chevaux et remontait ses adversaires un à un – ça compensait. Dernière ligne droite, déjà (ben oui, ça passe vite, le cross court), et les supporters exhortaient Flo à aller gratter une ou deux places de plus. Et comme c’est un garçon sage et obéissant, il obtempérait pour finir 11e. Youssef (28e) suivait, sans doute qualifié lui aussi… Max déboulait avec Gwen en point de mire pour le passer sur la ligne – 42 et 43e. Samir F. terminait juste devant Baptiste (64 et 67e), suivis par Thibault (106e), alors que Samir M. avait été trahi par son dos à 600 m de l’arrivée. Bruno (147e, et toujours pas dernier de la course, SVP) fermait le banc. Il aura tout de même fallu attendre une petite heure pour s’assurer du résultat final : 4e, à l’arrachée, deux tout petits points devant Saint-Quentin. Une référence. Deux points : les deux places grattées dans la dernière ligne droite par Florian, lui qui avait manqué le début de saison à cause de problèmes respiratoires. La campagne hivernale du cross court regorge d’histoires de ce genre, comme la participation décidée à la dernière minute d’un Max qui avait passé les six derniers mois au soleil du Sénégal…

Une douce euphorie s’emparait de la tente rouge du NAC. On comprenait, déjà, que la journée serait une réussite. Et même mieux, encore : dans la course féminine, sur cross long, Yasmina se mettait au diapason. Partie prudemment, Yas profitait des longues lignes droites du parcours pour gagner, place après place, le droit de voir Le Pontet. Notre chère secrétaire trouvait même les ressources pour se fendre d’un sprint épique et finir 45e. Yas en plein sprint, une scène qu’on n’aurait jamais cru possible… Là aussi, l’attente débouchait sur la bonne nouvelle d’une qualification à quatre places près. Lenaïg (69e), qui revient bien, n’était d’ailleurs pas si loin que ça du compte. Suivaient Aurélie (81e), Fatma qui visait elle aussi la qualif chez les vétéranes mais craquait un peu sur la fin (87e), Maria (119e) et Anna (135e). Au final ? la 9e place collective pour les filles. Et, surtout, une qualifiée supplémentaire.

Ce dont on ne se doutait pas encore, et d’autant moins avec le forfait de Valentin malheureusement toujours blessé, c’est que le cross long masculin allait lui aussi apporter son lot de billets pour les France, sur l’épreuve où la qualification individuelle reste sans doute la plus dure à décrocher. L’un des nôtres, pourtant, partait avec de très sérieuses chances. Au vu de ses progrès depuis le début de saison (le fait de s’accrocher en footing aux jeunes qu’il entraîne lui fait beaucoup de bien) Wahid n’avait pas le droit de ne pas se qualifier dans la catégorie espoirs, sous peine de rentrer à pied à la maison. Bon, restait à faire le job, ce qui n’est pas le plus simple. Surtout qu’il démarrait sur un faux rythme, perdu au milieu du peloton… Tout le contraire de Mohamed et Sofiane F., qui avaient décidé de jouer leur chance à fond. Mais alors vraiment à fond : Mohamed partait carrément dans les dix premiers de la course. Un peu plus loin, Sebastian, comme à son habitude, la jouait prudent, niché autour de la 70e place juste devant Karim et Lakhdar. Mais la configuration de course permettait vite de croire à un exploit collectif. Certes, Mohamed et Sofiane cédaient du terrain, mais Sebastian et Wahid, sorti de sa torpeur, en reprenaient. Mêlez Karim et Lakhdar à la danse, et vous obtenez un joyeux chassé-croisé entre Nacards. Pour faire simple : Sebastian remontait tout le peloton jusqu’à tomber sur Mohamed, qui prenait ça comme un coup de fouet. Ces deux-là allaient se tirer la bourre jusqu’à la ligne, pour leur plus grand profit… Wahid et Karim se relayaient et passaient Sofiane, suivis de près par Lakhdar. Wahid accélérait même dans le dernier tour pour aller chercher une belle 60e place qualificative en espoir, devant Karim (74e) et Lakhdar qui lâchait sur la fin (96e), alors que Sofiane mettait le clignotant. Adrien (160e), qui préparait déjà sa course des France (où il s’alignera en handisport, sur 3 km) complétait le classement. Devant ? Mohamed cassait deux secondes avant Sebastian (40 et 41e). Mais la bonne nouvelle tombait 48 heures après la course et un nouveau calcul de la Ligue : tous deux pourraient bel et bien être du voyage aux France, à la faveur des deux dernières places qualificatives. Enorme !

Ne manquait finalement, pour le grand chelem, qu’une qualif chez les vétérans… Mais un peu plus tôt dans la journée Cyril (65e), parti vite, avait cédé peu à peu, et même vachement beaucoup tout d’un coup dans le dernier kilo, pour rater finalement le cut d’une trentaine de seconde. Avec Soufiane F. (103e), Olivier PL. (110e) et Jean-Claude (146e), les quatre seuls à courir ce dimanche, l’équipe se classait finalement 14e. Quant au petit Fabien, il est toujours attendu par son club sur la ligne de départ…

Bref, pour les vétérans, on verra l’année prochaine. Pour l’heure, place aux championnats de France, avec un contingent historique de treize participants, puisque Khaled courra comme Adrien en Handisport. Et début d’une nouvelle ère pour le NAC, de lendemains qui chantent et d’un avenir radieux au vu des résultats du cross et de l’état d’esprit qui a régné sur ces LIFA. On exagère à peine.

Cyril

Pour revivre les courses en vidéo, rendez-vous dans notre médiathèque !

Pour les photos, c’est également dans la médiathèque, mais pas au même endroit, c’est ici…

Et pour tous les résultats, allez voir là, en attendant que Thibault mette à jour notre page résultats (ce qui ne saurait tarder, hein, pas vrai ?).

2 réflexions au sujet de « HISTORIQUE ! »

  1. Bonjour,
    malgré l’éloignement, je continue à suivre l’actualité du club.
    J’ai eu l’occasion, notamment, de suivre vos performances en cross cette saison, et je tenais à féliciter hautement tous les coureurs pour le travail qu’ils ont accomplis. Certes, tous ne se sont pas qualifiés pour aller au Pontet, mais pour la première fois une équipe d’une NAC s’est qualifiée, et cela est la conséquence d’un véritable travail collectif mené depuis des années, et qui finit par porter ses fruits. Par ailleurs, je suis très impressionné par les prestations de Wahid en espoir ; quand je pense que je m’entraînais à son niveau il n’y a pas si longtemps… Comme quoi, la principale qualité d’un athlète, c’est sa persévérance, en toute circonstance !
    Je me doute que ce doit être l’euphorie du côté du stade Jean-Guimier, et je vais vous laisser savourer ce bon moment que le club mérite amplement. J’espère que vous reviendrez du Pontet enchanté de l’expérience si unique d’un championnat de France.
    Quand je vois ce que le club devient, je suis content d’avoir fait parti de l’aventure (à mon niveau), et ce que j’y ai vécu me sert beaucoup pour la vie de tous les jours (si, si, je vous assure). Ce que le club est en train de glaner, il le sème depuis de nombreuses années, souvent difficiles ; je suis tenté de dire que ce n’est que justice.
    Je souhaite donc aux nacards de continuer à faire vivre le seul, le vrai, club d’athlétisme de Nanterre. A vous, les membres fondateurs -authentiques, devrais-je rajouter- vous pouvez être fiers de ce que vous avez entrepris il y a six ans déjà.

    A bientôt, VIVE LE NAC !

    Sébastien Mattei.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *