Ekiden : les filles tapent le record!

 Ekiden de Pontault-Combault – 21 avril 2013

L’Ekiden de Pontault-Combault a une nouvelle fois souri au NAC, ce dimanche 21 avril. Et à ces dames en particulier, avec de gros chronos pour les deux premières équipes filles, respectivement 2e (record du club à la clé en 2h54’08, actuellement 2e temps français de la saison!) et 4e. Belles perfs également des vétérans (2h38’41) et des organisateurs du barbecue, le tout sous le soleil et dans une ambiance qui donne envie de refaire un Ekiden chaque dimanche.

On les savait capables de battre le record du club, elles l’ont fracassé. Les filles de la première équipe du NAC (dans l’ordre, Aurélie, Cynthia, Clémence, Yasmina, Fabienne et Lucile) ont en effet abaissé de plus de trois minutes (2h54’08 contre 2h57’42) la marque établie l’an passé sur le même parcours. Juste, pour cadrer un peu les choses : avec ce chrono, l’équipe filles est actuellement 2e au bilan français (sur toute la France, hein, même au-delà de Nanterre. Et si vous me croyez pas, cliquez ici). Et elle aurait pris la 6e place nationale au bilan 2012. D’ailleurs, aucune équipe française n’a réussi à battre les nôtres ce dimanche à Pontault. Il a fallu qu’un club vienne de Belgique (avec une espèce de golgoth version talons-aiguilles en 38’ au 10 km) pour les devancer d’un rien – une poignée de secondes – au terme d’un chassé-croisé qui aura duré toute la course. Le scénario fut d’ailleurs identique avec la deuxième équipe féminine (Saadia, Farida, Béni, Naïma, Lenaïg et Nadia), qui en 3h00’43 réalisait elle aussi une très grosse perf et luttait jusqu’au bout pour la troisième place. Un podium qu’elles abandonnaient finalement à Saint-Germain pour une grosse minute. Au passage, on retiendra encore que plusieurs Nacardes, comme Cynthia ou Naïma, ont réussi pour l’occasion à sortir un meilleur chrono que leur record personnel, ou à prouver qu’elles retrouvaient la forme, à l’instar de Lenaïg sur cinq bornes. Et quand on sait que la troisième équipe claquait un petit 3h16, tout près des minima pour les France (3h15), on se dit qu’il y a décidément de la réserve chez les filles au club…

De manière générale, sous un soleil et une température bien plus cléments qu’on ne pouvait s’y attendre, toutes les formations rouges et blanches du NAC ont d’ailleurs fait le boulot en bonne et due forme. Sur onze équipes, toutes sont passées sous la barre des quatre heures, y compris celles des petits nouveaux qui ont commencé à s’entraîner cette année seulement avec nous – bravo à eux. Bon, on peut en soupçonner certain(e)s, toutes équipes confondues, d’avoir surtout puisé leur motivation dans la crainte qu’il n’y ait plus de merguez ou de brochettes sur le barbecue à leur arrivée. Mais ça compte aussi, finalement. Brahim, lui, était parti en premier relayeur pour pouvoir, justement, gérer le barbecue dans la foulée. Et il sait tout faire, ce Brahim : il a parfaitement lancé l’équipe vétérans sur d’excellentes bases (2h38’20, tout près du record du club), avec entre autres les bons relais de Wahab, d’Olivier (à peine moins déglingué que l’an passé à l’arrivée. Encore que, quand je revois la scène…) ou de Miloud, très costaud, qui ramassait une pléiade d’adversaires pour finalement couper la ligne en 11e position (et à la 5e place chez les vétérans). Le tout peu avant notre première équipe senior hommes (entre les deux relais, c’était un des défis du jour), 16e en 2h41’40, avec un Moussa qui a confirmé en solo sur 10 km (33’07) qu’il avait retrouvé un excellent niveau.

Pendant que Miguel Gamito, le speaker qui comme toujours animait la compétition d’une voix de maître, interrogeait les Nacards qui passaient la ligne (à ce propos, Hodha, quand on te tend un micro, même si, OK, t’as fait un bon chrono et que t’es explosée, même si t’as plus la force de parler, pas la peine de répondre en faisant juste des signes de la tête, ça s’entend pas), pendant les interviews de nos coureurs, donc, Priscilla inventait un nouveau geste technique. Et celui-là, il va falloir qu’on le fasse breveter auprès de la Fédération. Non seulement elle accompagnait Elhem sur son parcours alors qu’elle avait déjà couru (ce qui est interdit par le règlement), non seulement elle coupait la ligne avec elle sans dossard (ce qui est interdit par le règlement), mais elle se payait en plus le luxe de prendre le témoin des mains d’Elhem pour le transmettre plus vite à Véronique, qui attendait sagement dans le sas de départ (ce qui n’est pas spécifiquement interdit par le règlement, vu que jamais les instances dirigeantes n’ont imaginé que ce cas de figure puisse se produire un jour…).

Après quelques discussions animées avec les juges, finalement cléments, tout le monde pouvait s’attaquer au barbecue. Et franchement, là aussi, y’a eu record. Au-delà de la barbaque, on a sans doute eu droit à la plus belle table de desserts de l’histoire du club, propre à faire pâlir de jalousie un chef de salle du Fouquet’s. D’ailleurs, tout le monde a eu bien du mal à décoller pour repartir à l’autre bout de la région parisienne. A 14h15, Brahim et Moustache sortaient encore des brochettes de je ne sais-où pour les mettre à cuire, pour le plus grand plaisir d’Aurélie et Yasmina, qui sur ce coup ont même impressionné Abdelkrim. A l’heure qu’il est, il doit bien y avoir encore quelques Nacards sur le parking du Décathlon pour finir les restes. Qu’ils tâchent juste de revenir d’ici dimanche, histoire de venir encourager leurs coéquipiers en lice pour le premier tour des Interclubs sur piste, à Antony. Y’aura pas de barbecue, mais c’est sympa aussi, promis.

Cyril

Tous les résultats détaillés, coureur par coureur, sont ici

Et toutes les photos sont là

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *