Ekiden: les filles huitièmes des France!

Championnats de France d’Ekiden – 13 octobre 2013 à Taverny

Une place parmi les huit meilleures équipes de France, nouveau record du club à la clé : l’équipe féminine de l’entente Suresnes – NAC a obtenu la première place de finaliste (dans les huit premières, pour les profanes) de l’histoire du club lors des championnats nationaux d’ekiden. Une performance qui promet pour la saison de cross qui s’ouvre bientôt.

Quand on pointe à la 6e place au bilan français avant une compétition, on peut légitimement rêver les yeux ouverts. Pour tout dire, la délégation nacarde qui avait rallié Taverny le dimanche 13 octobre se disait bien que, par un trou de souris, son équipe féminine pouvait se glisser sur le podium des France d’ekiden. Mais le scénario de la course, remportée en 2h38’29 par Angers (alors que la troisième place se jouait en 2h43), a vite éteint les songes de nos couleurs. Ce qui ne veut pas dire qu’on s’y est ennuyés, à Taverny, bien au contraire. D’abord parce qu’il faisait beau – ça compte, quand même. Ensuite parce que ce fut l’occasion d’assister à une compétition de très haut niveau, forte des meilleurs clubs français – cercle fermé auquel nous appartiendrons bientôt, n’en doutons pas une seconde. Enfin parce que ces dames ont eu le bon goût de claquer un nouveau record du club (2h52’04, contre 2h54 à Pontault en avril dernier). Bien lancée par Aurélie (8e en 20’32 sur le premier 5 km d’une course très dense), l’équipe féminine a ensuite vu défiler deux nouvelles recrues. Charlotte et Louise, venues du triathlon, se coltinaient en effet les deux dix bornes au courage, sur un parcours tortueux, bourré de relances et de faux plats. En respectivement 41’36 et 41’10, elles signaient deux beaux chronos malgré des courses en solitaire, alors qu’elles traînaient leur fatigue comme un boulet en cette fin de saison de triathlon. Entretemps, Clémence s’était fendue d’un 20’46 sur 5 km qui plaçait les nôtres en 9e position. A ce stade, à deux relais de la fin, rater une place dans les huit aurait relevé du crève-cœur. C’est ce qu’a dû se dire Brigitte en attaquant son premier kilo en moins de 3’30 pour le dernier 5 km de la journée. La spécialiste du 800 m de Suresnes (flashée à 2’09 lors de son record, tout de même), vice-championne départementale du cross court en janvier dernier, allait chercher la place qui nous manquait au bout d’un parcours avalé en 19’02. Restait à sécuriser cette place d’honneur : la mission incombait à Lucile, en charge des 7,195 km du dernier relais. Son président l’ayant prévenue qu’il lui péterait le genou en cas de perte de place, Lulu allait même remonter une bonne partie de son retard sur la 7e équipe, pour finalement se satisfaire de la 8e position. L’espoir de gagner une place faisait pourtant jour dans le petit clan des supporters nacards venus encourager leur équipe – merci à eux, au passage. Abdelwahab et son œil de lynx, auxquels rien n’échappe, remarquait qu’une équipe mieux classée avait fait courir deux fois la même athlète – ce qui est évidemment rigoureusement interdit par le règlement. Il insistait encore pour qu’on dépose réclamation, à force de photos et de témoignages, envisageait qu’on fasse remonter si besoin l’affaire jusqu’au Tribunal International du Sport alors que tout le monde avait déjà compris les « coupables » étaient en fait deux sœurs jumelles licenciées dans le même club…

Loin de ces préoccupations, les Nacards investissaient la méga-tente du club pour partager pâtisseries et autres douceurs (ah, le gâteau de Mathilda…) pour fêter comme il se doit les 22 ans de Vanessa, qui avait choisi il y a quelques années la future date de l’ekiden pour naître (si ça, c’est pas un signe de dévouement pour le club…). Une fête à peine perturbée par l’arrivée d’un officiel qui emmenait Lucile, tirée au sort, pour un contrôle antidopage (et oui, c’est ça aussi, des championnats de France), contrôle dont elle ne sortira que fort tard. Et alors que tout le monde regagnait ses pénates, Abdelwahab rôdait encore du côté du bureau des réclamations pour essayer de faire disqualifier l’équipe qui « d’accord-n’avait-pas-fait-courir-deux-fois-la-même-athlète-mais-quand-même-aligner-deux-filles-qui-se-ressemblent-autant-ça-se-fait-pas-c’est-abusé ». On ne sait pas si sa réclamation aboutira, mais dans l’attente on se contentera déjà largement de cette belle 8e place.

Cyril

Pour les photos, c’est ici…

Et pour les résultats détaillés, c’est là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *